DSC_0279

L’hiver dernier, alors que l’on entre dans le cœur de ces mois privés de lumière et de chaleur, et que l’on s’emmitoufle sans fin dans des épaisseurs de laine de mouton, d’alpage, d’angora… Tant tout ce qui peut avoir des poils et qui ne laisse rien dépasser…  j’ai envie d’un short !

Un joli short, avec des détails qui lui donneraient un aspect féminin et qui l’éloigneraient du « déjà vu ». Pas trop court, et idéalement garni de jolies poches… Bref, un short sympa, pour égayer mes tenues d’hiver !

Et là, Tadaaam, je découvre, en opérant scientifiquement une recherche Google « images » avec les mots clé « patron » + « couture » + « short », je découvre donc l’adorable short Châtaigne de la marque de patrons d’Eléonore, créatrice indépendante : Deer and Doe (cela devait être le premier achat d’une série de ses patrons : Chardon, Réglisse, Belladone… Mais je vous les réserve pour la suite J ).

Je commence à imaginer mon modèle, je déniche d’ailleurs un chouette petit lainage chez Tissu Myrtille à cet effet, et là …. Re-Tadaaaam ! Je découvre le tutoriel de Telle une Estelle intitulé « Châtaigne en jupe », qui explique comment transformer très simplement le patron du short en patron de jupe mi- longueur, tout en maintenant les particularités qui valorisent le modèle d’Eléonore (ceinture, poches…).

Voici l'une des déclinaisons de Telle une Estelle : Inspirant, n’est-ce pas ?

Vesrion 1 EstelleEt je fond !

Les versions de la « Jupe Châtaigne » distillées sur la toile sont plus belles les unes que les autres.

Je raffole de l’empiècement de ceinture en triangle héritée du short, j’aime sa coupe ajustée, j’adore les poches, que je vois régulièrement soulignées d’un passepoil. Même les fonds de poches de ces réalisations sont réjouissantes ! Liberty, pois, tissu contrastant, le patron a été exploité à son paroxysme, et toujours avec beaucoup de goût.

 

Les petits doigts de Laura

Frénésie

 

 

 

 

 Ici la version des Petits doigts de laura ou encore celle de Frénésie et moi en sont quelques charmants exemples.

 

Je me lance à mon tour, avec un brin d’appréhension car les points techniques sur ce vêtement sont nombreux.

 

Pour cette jupe de fin d’hiver, je voyais bien une matière épaisse, aux tonalités neutres.

J’ai découvert ce très beau Jacquard graphique noir et blanc chez Mondial Tissu qui me semblait tout à fait correspondre à mon projet. Petite erreur : je n’en prenais alors que 50 cm… J’allais découvrir assez vite que j’avais évalué mon besoin un peu justement.

Pour rester fidèle à mon souhait d’opter pour un esprit incolore, noir et blanc, je décide de souligner les coutures d’un passepoil gris, la demi-teinte.

Problème : le passepoil proposé dans le commerce ne convient pas : le lurex argent est trop blanc, le gris, trop terne. Mon tissu offre une légère brillance et j’ai envie de la prolonger au travers de mes finitions.

Qu’à cela ne tienne, j’ai bien vu passer des tutoriels sur Internet et je crois savoir que l’on peut faire son passepoil soi-même… Ce sera mon plan B !

Je sors donc de la boutique avec mon Jacquard, un cordon et un coton gris irisé pour confectionner mon passepoil (il me servira également à réaliser les fonds de poche et la doublure de la ceinture).

Je réalise la toile en taille 38 pour la taille, et taille 40 pour le reste de la jupe : c’est un peu large. Le modèle définitif sera cousu en Taille 36 pour la taille, taille 38 pour les hanches.

Sur cette jupe, j’ai effectué quelques petits justement : j’ai décidé de prolonger la courbe des hanches le long des jambes et obtenir ainsi un effet plus ajusté que je préfère. Un passepoil (« maison », donc) a été inséré aux coutures de la ceinture au aux bordures des poches.

J’ai également terminé l’ourlet par un biais rapporté, en utilisant celui fait « maison »( confectionné pour la réalisation du passepoil).

En raison de l’épaisseur du tissu, cependant, il a été nécessaire de recourir à une couture à la main, ma machine ayant dit NIET face aux 4 couches de biais replié et aux deux épaisseur qui formaient l’ourlet de la jupe.

De son côté, mon trop petit coupon de tissu initial m’a obligée à une concession pour la réalisation des poches, consistant à diviser le fond de poche en deux, et utiliser mon coton irisé pour la partie inférieure de celle-ci.

Si à plat, cette petite bidouille passe inaperçue, en revanche, elle est apparente lorsque la jupe et portée, en raison de l’étirement du tissu au niveau des hanches… A ne pas reproduire, mauvaise idée J

Mon ZIP un peu trop visible… Je dirais qu’en dehors de ces quelques désagréments, mon résultat est plutôt à la hauteur de mes attentes.

 

DSC_0275

Conclusion 1 : j’aime beaucoup cette jupe, que je porte en toute saison.

Conclusion 2 : j’ai toujours envie d’un short ! J

 

Réalisation : Short Châtaigne – Deer and Doe – Tutoriel « Châtaigne en jupe » de Telle une Estelle  - T.38 – Jacquard graphique et coton irisé Mondial Tissu.