Burda S 7602 (13)

Le matelassé est à l'honneur !

Difficile en effet de passer à côté de cette matière gaufrée, jouant sur ses aspects texturés et graphiques, et que l'on peut admirer sur des modèles sportwear comme habillés. Le matelassé sophistique les tenues sobres et accessoirise joliment les petites pièces de nos garde-robes.

Vous aurez compris, naturellement, que l’hiver ne passerait pas sans qu’un coupon de matelassé ne rejoigne mon stock grossissant !

A cet effet, j’adresse mes tendres remerciements à l’Homme, qui voit diminuer à vue d’œil l’espace libre de notre appartement avec beaucoup de philosophie et - même - un petit air amusé !

Profitant donc de sa magnanimité à mon encontre, j’achève de ruiner le ménage j’effectuais quelques achats « coup de cœur » pendant les Ventes privées, et fisl’acquisition – entre autres – de ce superbe matelassé à la texture fleurie.

Burda S 7602

Partageant entièrement la devise phare de My Dress Made (blogueuse avertie, des plus prolifiques et magnifiquement inspirante) : un tissu qui s’exprime fortement de lui-même s’associe à une coupe simple et épurée, je choisis d’appliquer le principe au modèle de la Robe Burda n° 7602 (vu et revu sur la Toile récemment car présenté comme le modèle cousu lors de la première émission de la Saison 2 d’un concours de couture bien connu).

A titre personnel, cependant, je trouve celui-ci plus joli : l’encolure arrondie et la poche milieu non visible lui donnent davantage d’attraits.

Burda S 7602 (2)

Pour la réalisation de la toile, je pris le parti de supprimer la couture milieu devant en découpant mon devant au pli, et de ne pas ajouter la poche (j’aime beaucoup l’idée, mais la réserve pour une autre version ;-) )

Je réalisais la robe en 38.

Burda S 7602 (6)

 

Avec Burda, il convient de rajouter les marges de couture (1,5 cm de valeurs de couture et 3cm pour l’ourlet…). Etape fastidieuse et chronophage dont j’avais perdu l’habitude, les couturières indépendantes les insérant quasi-systématiquement à leurs patrons).

Avec patience, donc, je cousais ce brouillon, qui s’avéra finalement être trop large à la taille. 

Pour le modèle définitif, tout en conservant la taille 38 du patron, j'ai creusé les fuseaux du dos en les élargissant de 2cm chacun, et décidais de découper des valeurs de couture d’un centimètre, tout en prévoyant de piquer à 1,5 cm.

 

L’air de ne pas s’en inquiéter, j’appréhendais toutefois l’instant où je m’assiérais face à ma machine à coudre, et lancerais mon merveilleux matelassé sous le pied presseur. Son élasticité allait-elle ruiner mes coutures ?

Je précise à ce stade que je n’ai pas encore fait l’acquisition d’une surjeteuse, et que là-tout-de-suite, c’était donc la MAC ou rien ! Je n’en menais pas large !

Et là… le miracle se produisit ! L’impression de coudre du coton ! Tout glissait à la perfection, pas de vagues, pas de plis, pas de nœuds, pas de décalage de 10 cm entre mon dos et mon devant à l’arrivée après le point d’arrêt…

J’avais tout de même adapté mes outils "au maximum" (j'avais inséré une une aiguille stretch)... Mais la surprise était de taille : ce tissu était clairement mon ami !

La réalisation s’est donc passée sans heurts, du début à la fin, à l’exception d’un mystère resté totalement inexpliqué : l’une de mes manches s’est avérée bien trop large, lors du montage… Pour qui, pourquoi, ? Sans doute avais-je un peu trop étiré mon tissu lors de la découpe…

J’ai donc repiqué des deux côtés à 0,5 cm à l’intérieur de la manche pour la raccorder à l’emmanchure.

 

Porter du blanc en hiver, oui, mais des manches courtes : non ! brrrr...

Je peste souvent sur les robes du commerce qui sont bien souvent vendues sans manches, y compris au plus froid de l’hiver ! Si la couture doit avoir un avantage indéniable, c’est bien celui de pouvoir porter des robes bien chaudes !

J’ai donc prolongé la ligne des manches pour la porter à 50 cm, pour une longueur ¾, que je trouve élégante, et suffisante pour l’intérieur (la prochaine fois, je les affinerai un peu cependant, pour un résultat plus ajusté).

Copie de Burda S 7602 (8)

Burda S 7602 (10)

Burda S 7602 (11)

Verdict : c'est un modèle que j 'apprécie beaucoup, et que je déclinerai très certainement de multiples manières.

Je vois déjà une version jacquard, avec poche et petits zips dorés, une version bi-matière, une version simili cuir.....

Et vous, tentées par ce modèle ?

Réalisation : Robe Burda Style n° 7602 – Matelassé blanc Mondial Tissu – T.36/38